Oref Alsace
OREF Alsace

Situation des 31 zones d'emploi (Grand Est)

Situation des 31 zones d'emploi (Grand Est)



Atouts, défis et fractures et 21 indicateurs socio-économiques.

"Dans un contexte national difficile, la région Grand Est se place dans un groupe de 5 régions nettement en dessous de la moyenne métropolitaine en ce qui concerne l’évolution de l’emploi et de la population.
Les zones d’emploi les plus denses du territoire régional (Strasbourg, Nancy, Metz, Reims, Mulhouse) devraient profiter de la métropolisation mais se retrouvent à la traîne face aux autres zones d’emplois des grandes agglomérations françaises. Si la zone d’emploi de Toulouse crée 142 700 emplois entre 2000 et 2014, la zone de Strasbourg, la plus forte créatrice d’emplois du Grand Est n’en crée que 3 740. Sur la même période, 24 zones du Grand Est perdent des emplois.
Sur les 10 dernières années, la population de la région Grand Est est restée quasiment stable (+0.1% d’évolution annuelle contre +0.5% pour la France) soit la croissance la plus faible des 13 régions métropolitaines. Sur le territoire régional, l’augmentation de population se concentre essentiellement sur les zones alsaciennes.
Bien que l’on constate un recul régulier des emplois, avec 140 000 emplois industriels (-29 %) détruits depuis 2000, de nombreuses spécialisations industrielles (fortement exportatrices et à capitaux étrangers) restent à valoriser au sein des zones d’emploi du Grand Est.
À partir de huit critères socio-économiques, le CESER identifie 12 zones en difficultés économiques et sociales (qui sont aussi les zones les moins denses), 9 zones sont dites en retrait et 10 autres qui sont au contraire dynamiques, concentrées le long de l’axe rhénan et du sillon Lorrain."






Information du document